Localisation Ouffet /Ellemelle

Maitre de l’ouvrage Commune d’Ouffet

Type de réalisation Projets Publics

Ellemelle

Notre proposition est une allégorie d’une légère déformation du paysage ; un ressaut de talus ; la continuité d’une ligne de tension ; d’une rangée de pierre dans l’étang…
L’intégration d’une architecture contemporaine dans un milieu rural est compliquée, souvent ressentie comme brutale par les habitants de ces villages, elle est donc mal vécue.
« Pas d’architecture, mais un accompagnement paysager »
Nous proposons de créer un lien indéfectible de la grande toiture horizontale végétalisé sur la vibration de l’eau et sur le couché de soleil. Celle-ci, surmontant quelques massifs de maçonneries venant du sol et déposée délicatement sur quelques poteaux, se veut légère et douce comme un trait dans le paysage.
Le lien avec l’étang, en plus d’être physique, est aussi historique. En effet, il s’agit du seul étang restant sur la commune qui remplit toujours sa fonction initiale de récolteur des eaux de pluies mais aussi d’abreuvoir pour les animaux des fermes. 
Le projet se veut connecté au paysage mais aussi au Village, par sa très grande ouverture vers la cour et la rue. Cette ouverture va permettre de lire les activités de la salle en passant dans la rue. La distance entre la rue et la salle, accompagnée d’un système de fermeture douce, va permettre de garder une intimité des activités.
L’implantation est assez radicale, sur l’étang et contre le talus de la prairie afin de dégager un bel espace de cour vers la rue et le village.
Cette implantation va permettre de limiter au maximum les zones difficiles à gérer et va optimiser les espaces extérieurs.
Le projet doit devenir un lieu de rencontres, de partages et de rassemblements. Il peut devenir un point de repère pour les villages des alentours et une carte de visite pour les habitants.
L’implantation respecte les usages existants du site, la zone aménagée est conservée et même prolongée par la terrasse. La vie autour de l’étang est également améliorée car la salle est en transparence et laisse donc « entrer le paysage ». 
La partie plus massive assied la construction dans son site, elle ne parait donc pas être un objet étranger placé là par hasard.
Et enfin, les teintes des matériaux dialoguent parfaitement avec le village et le paysage.